Chronique 3 – L’événement déclencheur

3- L’événement déclencheur

 

Nous étions à la veille de Noël. J’avais été rappelé. C’est bien à contre cœur que je remontais tranquillement car à quelque part, j’aimais la viande et ne rechignais pas sur un verre de vin rouge. En plus, et ce n’est pas courant pour les anges, je m’intéressais beaucoup, beaucoup trop peut-être à ce que les êtres humains appellent la politique.

Ce rappel m’angoissait passablement. Mes ailes en avaient frémi et s’il m’avait été possible de tomber dans le désespoir, ce avec quoi mes fonctions et ma nature étaient totalement incompatibles, j’aurais piqué du nez tombé en dépression, perdant à jamais mes ailes déjà passablement fripées.

C’est dur d’être un ange mais cela l’est bien davantage d’être humain car il faut conserver la foi et l’espérance et survivre à tous les désenchantements. On m’avait rappelé. Je me demandais pourquoi ? Je n’avais aucune envie de remonter. Je goûtais ici-bas aux nourritures terrestres. Je crois que je savourais et prenais un goût réel pour les illusions et les enchantements du monde. Ces enchantements transcendent la condition bête et finie de la nature humaine. Et comme ces humains que je fréquentais, je me laissais bercer par ces projets absolument fabuleux de changer et de rénover le monde. Il fallait bien que je me rende compte, j’étais fait pour le bruit et le brassage et j’allais m’ennuyer tellement, tellement dans si peu de temps. Était-ce la boisson, ou la viande, la cigarette car j’avais aussi expérimenté cette forme d’évasion.De quelle façon avais-je attiré l’attention du Tout Puissant sur moi ? Je n’y comprenais rien. Mais on m’avait rappelé. Et avant de rentrer, je voulais me rappeler à mon tour.  Je voulais absolument me pencher sur ma condition d’ange.  En fait répondre à la question qui suis-je vraiment et pourquoi je vis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *