La baguette magique

Je n’ai pas toijours été une grand-mère, j’ai un jour été une petite fille qui adorait la belle fête de Noël, qui espérait des cadeaux,  qui rêvait des fées et qui s’inquiétait beaucoup pour tous ceux qu’elle aimait.   Il m’est arrivé quelque chose de merveilleux lorsque j’étais encore petite  et je voudrais vous le raconter maintenant.

Je devais avoir quatre ou cinq ans, je dis cela comme ça, car plus vieille ça n’aurait pas de bon sens ou alors je suis restée très crédule longtemps, toujours est-il  qu’un beau soir d’hiver, il avait neigé durant la journée, on sonne à la porte de chez nous.  Si je me rappelle bien on m’a réveillée car chez nous les enfants étaient couchés  à sept heures et les parents pouvaient enfin parler ensemble sans qu’on puisse les interrompre.  Toujours est-il que ma mère vient nous réveiller et nous dit que nous avons une visite.  Je mets mes pantoufles chaudes en feutrine, il fait froid sur le plancher, le seul chauffage que nous avons est un gros poêle à bois dans la cuisine.   Avec mes pantoufles je cours me refugier près du poêle en dessous duquel Puçon  mon beau chat jaune dort paresseusement.

Je me demande ce que ma mère peut bien vouloir pour nous avoir réunis mon petit frère, ma soeur et moi dans la cuisine, puis le Père Noël sort du salon avec un gros Ha Ha Ha et j’aperçois la Fée des étoiles.  Je n’ai plus jamais oublié ce moment elle porte une robe longue et un genre de petit boléro de fourrure tout blanc, elle a des étoiles dans les cheveux, elle a une voix douce que je ne reconnais pas et elle a surtout une baguette magique qui verse des étoiles autour d’elle.   Je n’en crois pas mes yeux, chez nous dans notre cuisine, la vraie fée des étoiles me parle, elle nous demande ce que l’on veut pour Noël, si on a étés sages.

Je n’ose même pas parler, tout se passe dans mon coeur et dans ma tête, je demande pour mon petit frère un nouveau lapin tout neuf parce que le sien est mort dans le poêle  après avoir été lavé dans la chaudière de la moppe à plancher et qu’il  n’a plus jamais été le même, je demande que ma soeur ait ses propres affaires pour s’amuser et pour moi-même je ne sais quoi demander d’autre que ma mère aille bien, que papa ait du travail et que mes oreilles ne me fassent plus mal.

J’ai eu des souçons quand le Père Noël a lançé ses gros Haha, il me semblait qu’il était trop maigrichon pour être le vrai et quˋil avait des airs de Freddy qui venait chez nous quand maman faisait des partys, ja’i demandé  à maman pourquoi il était si petit et elle a répondu que c’était un adjoint car le Père Noël ne pouvait pas visiter tous les enfants.  À part un petit doute je l’ai crue mais je n’avais aucun doute sur l’identité de la fée des étoiles c’était bien elle.  On a eu droit à un verre de lait et des biscuits en pleine nuit avant de se recoucher.

Juste avant de reprendre le chemin de nos chambres, afin de manger son biscuit elle aussi,  la fée des étoiles a demandé à ma mère de prendre sa baguelle, ma mère l’a placée juste sur le haut du réchaud.  Elle est restée là pendant toutes nos conversations, pendant que l’on chantait des chants de Noël pour faire plaisir à tout le monde, alors qu’on mangeait nos biscuits et que le Père Noël nous racontait une histoire.  Lorsque je revenais à mon lit j’ai bien vu que la baguette était toujours là, sur le réchaud…

Comme elle pourrait être utile ici, comme elle pourrait régler nos problèmes d’argent, chaque soir j’entendais papa et maman qui calculaient comment ils feraient pour payer et ceci et celà, de combien de temps ils auraient besoin avant d’avoir ce qu’il faut pour acheter une auto d’occasion, combien il faut pour les botttes et les manteaux pour l’hiver et payer le médeçin pour ma mère si souvent malade.  Et moi je me disais avant de m’endormir à nouveau que demain je proposerais à ma mère de régler tous leurs problèmes d’un coup de baguette magique.  Je pensais que je serais bien contente de ne plus m’inquiéter de tout celà.

Au matin, je me suis précipitée dans la cuisine, la baguette était disparue.   Je suis montée sur une chaise, ma grand-mère était dans tous ses états, Diane tu vas tomber et tu vas te brûler.  Je cherchais en pleurant où était passée la baguette magique.  Je ne sais pas s’il m’ont révélé que la fée comme le père Noël n’étaient pas vrais, je sais que ma mère m’a prise dans ses bras et m’a montré que le dessus du réchaud était vide, il y avait  encore la marque de la baguette. Elle m’a dit que les affaires magiques ne se comportaient pas comme les choses ordinaires et que les fée ne pouvaient pas perdre leur baguette ou l’oublieer car les baguettes oubliées retrouvaient leur propriétaire par magie.  Je l’ai crue et je lui fais toujours confiance, pour la magie c’était une VÉRITABLE FÉE.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *