Tel un océan…

Ce matin je me disais pour la centième fois  à quel point il faisait beau et que j’étais bien, sur ma galerie à respirer le bon air et à penser.  Penser est un privilège, avoir du temps pour penser, un autre grand privilège.  Dans le brouhaha de la vie avec les courses, les enfants, le travail et tout le quotidien, c’est le cas pour la plupart des gens, on  a à peine le temps de penser, pas plus que l’on n’a  de temps à soi.

La retraite est une bénédiction, elle donne du temps pour soi et pour rentrer en soi-même et faire des découvertes. Selon Jung les véritables découvertes à faire sont celles qui dorment au fond de notre subconscient et la retraite qui nous voit moins fringants pour la plupart surtout si elle dure depuis longtemps,  permet quand même de nous aventurer dans les contrées inexplorées.  C’est ce que je fais du mieux possible et je pense donc…

La dernière pensée qui m’est venue ce matin, par un matin d’état de grâce c’est ainsi   que je qualifie ces moments òu je me sens parfaitement comblée et heureuse est que: nous sommes de petites bulles de conscience qui flottent sur le grand océan de la conscience universelle.  Ouf…

Cette idée de petites émergeances sur  un océan n’est pas vraiment de moi mais de plusieurs auteurs qui considèrent, comme Jung que notre subconscient est une immensité  sur laquelle notre petite conscience, notre esprit rationnel, conscient a émergé.  Chopra parle également de nos états conscients comme des points émergeant sur la grande mer de la vraie réalité.  C’est ainsi qu’il croit que faire appel à ce qui constitue la vraie réalité, peut permettre la guérison.   Pour Aurobindo, grand yogi, il existe la conscience  ordinaire, le subconscient et enfin la supraconscience qui est un état que l’on atteint quand on se connecte avec notre intérieur.

Je me rends bien compte que je n’arrive pas vraiment à exprimer cette idée, mais elle fait son chemin en moi et parfois  il me vient, sans doute du fait de mes tentatives de connection, de tomber dans cet état de bonheur et de bien-être que  je nomme état de grâce.  Que du reste je vous souhaite de tout coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *