Quand le bonheur se rappelle à nos mémoires

Un petit matin frais à peine 10 degrés et le poêle à bois qui chômait depuis mai chauffe ce matin.  Le bois crépite et une belle chaleur s’étend de la cuisine jusqu’à mon ordinateur.  Des visites ce matin, le fils qui manque de lait et le gendre qui n’a pas assez de café.  Belles rencontres  on a reparlé du souper d’hier qui nous réunissait tous et de la joie des petites cousines dont les rires sont encore dans nos têtes.  Beaucoup de bonheur pour nous tous, certains se remémorent une enfance qui est encore toute proche et les jeux qui peuplaient leur vacances et moi j’anticipe les joies de mes petites qui viennent à peine de découvrir la vie, la joie, le bonheur quoi.  Toutes ces choses dont il faut profiter quand cela passe et ces choses qu’il faut engranger pour les temps de vaches maigres.  Ces temps qui font aussi partie de nos vie.

Donc je savoure ces petits bonheurs, les enfants avec leurs enfants retrouvent le lac où ils ont appris à nager, les grands défis qu’ils ont relevés, traverser le lac si grand quand on a 6 ans et qui se traverse si rapidement quand on on est devenu adulte.  Mais cette traversée qui procure tant de joie et de fierté une fois réalisée.  Et je fournis les grandes serviettes pour les bains dans l’eau froide qui surprend toujours mais à laquelle on ne résiste pas vraiment quand on y est habitués depuis la petite enfance.

 Des fois, on est heureux sans s’en rendre compte vraiment et c’est en en reparlant que l’on réactive la mémoire du bonheur qui nous fait peut-être plus heureux maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *