Quoi dire encore et toujours

Plus le temps passe plus les impressions qui m’ont tellement marquées et troublées se perdent dans une mémoire qui pourtant ne défaille en rien. Les événements prennent une place beaucoup plus petite et ce rapetissement me fait douter de tout ce que j’ai pu penser et appréhender avant.

Je vais super bien, aujourd’hui j’ai marché un kilomètre et hier aussi.  Va pour la convalescence.  Lorsque l’on m’a opérée, ma valve aortique ne fonctionnait plus.  J’avais fait une légère et temporaire paralysie de la main gauche.  J’avais en mémoire la première intervention de 1997 où j’étais absolument certaine que j’y passerais.  Cette fois-ci, miraculeusement, je ne craignais pas la mort.  La grâce m’a touchée et la peur m’a quittée.  plusieurs raisons peuvent expliquer cette sérénité.  La première est liée au fait que je n’étais absolument pas responsable de ce qui m’arrivait.  La deuxième est le fait que j’ai maintenant intégré que le Dieu dans lequel je crois ne punit pas.  Les conditions dans lesquelles nous vivons sur cette terre sont celle d’un monde fini, limité qu’ il faut accepter.

A la veille de l’opération, je me disais que j’avais fait tout ce que je pouvais, que les medecins étaient compétents et feraient tout en leur pouvoir et que l’issue ne nous appartenait pas.  Je me suis confiée à la vie toute puissante et j’ai lâché prise.  J’ai eu la conviction que quoi qu’il arrive, je restais dans la vie une vie plus large et plus vivante.  J’ai comme senti que la mort ne représentait plus pour moi une fin définitive.  Voilà pourquoi je dis que j’ai été bénie.  Ne pas avoir peur c’est une grande faveur.

Après l’opération, aux soins intensifs, je me réveillais à intervalles et j’avais le goût de marcher, de rire, de chanter.  Je sentais la vie qui rentrais en moi  avec de grandes bouffées de joie.  Je me demandais ce qui m’arrrivait  j’étais confiante et heureuse.  Quelle expérience, se sentir à ce point dans la vie.  je ne peux l’expliquer et même en parler ce n’est  pas représentatif de ce qui mest arrivé.

Ils mont posée une valve de veau et jai pensé à ma fille du bout du monde où les vaches sont sacrées et les mères de la vie, et jai reçu la vie concrètement d’une mère de la vie.  La symbolique m’a soufflée. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.