Theillard pour un Dieu évolutionniste

Durant mes vacances j’ai épuisé les romans d’espionnage que j’apprécie au plus haut point de même que je suis passée à travers toutes mes revues et j’ai entrepris la lecture sérieuse de Pierre Theillard de Chardin : Comment je crois .  Theillard est un scientifique et il pose les questions que les scientifiques se posent et dans des termes scientifiques ce qui veut dire qu’il définit ses concepts et mène une argumentation logique.  Pour mon côté scientifique c’est parfait.  Je pensais au départ que c’était un livre philosophique mais c’était un livre théologique et mes connaissances en théologie sont plutôt sommaires.  Mais j’ai fini par en comprendre des grands bouts et cela m’a fait le plus grand bien car j’ai trouvé que l’auteur abordait les questions théologiques de façon moderne et bien adaptées à notre époque.  Bien que je ne sois pas vraiment en accord avec tous ses raisonnements, certaines de ses idées me rejoignent.

 Il aborde des thèmes comme le péché originel et je suis d’accord avec ses conclusions à ce sujet.  Le péché originel ne peut plus être traité comme un événement historique mais bien comme un principe ou une condition inhérente à la création.  Dans un monde créé, le mal existe car ce monde évolue vers la perfection.  La perfection est en avant et non en arrière, elle est en avant parce que le monde est en évolution.

Il aborde aussi l’incarnation du Christ dans ce monde le Christ étant son fils venu sauver ce monde.  Ce que j’en comprends c’est que le Christ vient nous monter que la perfection est possible et plus, que le sommet de l’évolution est lui-même.  J’ai eu comme une petite intuition, puisque le Christ est venu sur la terre il s’est fait chair et c’est comme s’il avait commencé la spiritualisation de la matière par son passage.  Il y a deux mille ans que cela s’est passé et le monde matériel est sans doute beaucoup plus spiritualisé maintenant qu’avant.

Il parle d’une évolution qui aboutit à plus de liberté et plus de personnalité, personnalité dans le sens que l’on ne se confond pas dans un Dieu qui nous intègre comme la mer qui contient des gouttes d’eau mais un processus qui fait en sorte que l’évolution produit de plus en plus d’humains avec plus d’humanité et de personnalité.  Là  c’est un peu compliqué et pas facile à comprendre mais je ne renonce pas.

 Je vous tiendrai au courant de mes découvertes,  Il parle du baptême et il dit que c’est la purification de la faute originelle que la décision de s’engager consciemment dans sa propre évolution où on devint de plus en plus humains et libres avec plus d’humanité.  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.