Du garde-robe…

Ce matin, j’ai envie de faire un egnre de «comming out» je veux écrire sur mes convictions profondes.  Il est aussi difficile pour moi d’afficher mes croyances que pour d’autres de parler de leurs préférences sexuelles.

La religion, les religions sont très mal vues actuellement.  Il y a de quoi, les intégrismes de toutes sortes font la pluie et le beau temps par toute la terre.  On tue allégrement les infidèles et on asservit les femmes caché derrière Allah.   On condamne bien facilement les femmes qui avortent et on demande de pardonner aux prêtres abuseurs.  Bien que tout ceci me choque l’essentiel de mon propos est ailleurs. Je ne veux pas parler de religion mais de convictions et de croyances, pas n’importe quelles mais les miennes.

Récemment je suis tombée sur un texte qui parlait de Dieu qui, selon jung est le plus grand archétype du monde, dans le subconscient de tout le monde.  L’auteur disait que l’image que l’on se fait de Dieu est en référence avec l’image que l’on se fait de nos parents.  Par exemple, si Dieu nous apparaît comme une personne sur laquelle on ne peut pas se fier, ou alors une personne qui n’est  jamais satisfaite et qui en demande toujours plus, il se peut bien que  dans une certaine mesure, on a pu manquer d’attention ou de sécurité ou alors que l’on a été trop exigeant envers nous.

J’ai réalisé que j’ai longtemps pensé que Dieu m’en demandait toujours davantage et qu’il n’était pas satisfait, de ce que je pouvais faire.  Il en fallait toujours plus pour lui faire plaisir.  Je me rends bien compte comment ma vision de Dieu est puérile et naïve.  Je me rends compte également que l’idée que l’on se fait de Dieu, l’archétype ultime sur laquelle on cesse de réfléchir dès que l’on l’a, est une idée sur laquelle il faut vraiment réfléchir et analyser parce qu’elle s’installe au fond de nous et conditionne nos vies dès le tout jeune âge.

Cette année je  me suis rendue compte qu’elle était inadéquate et j’ai enregistré une cnception d’un Dieu qui n’est pas un éternel insatisfait. Ce Dieu est plutôt quelqu’un qui ne manque de rien et qui au contraire  est généreux et aimant.

Et  j’ai fait l’expérience tout à fait  concrète d’un Dieu qui est Vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.