D’une certaine hauteur

Je me surprends parfois à regarder la réalité avec ma vision de sous-sol.  Dans cette perspective, les choses sont toujours noires ou blanches, les gens intelligents ou stupides (de cette hauteur ils sont vraiment stupides), le Bien est BIEN et je sais ce qui est bien et le mal est tout ce que je décrète mal.

Quand je pense comme cela, je suis sur le sentier de la guerre prête à réformer le monde.  Et la vie me semble bien difficile, je me mets à désespérer des êtres et perds complètement le sens de la vie et surtout ma confiance et mon énergie.

Dans cet état, je me sens responsable de tout et bien importante pour l’heureux dénouement de la création.  C’est lourd à porter pour mes épaules et il ne faut pas que j’oublie trop longtemps de réfléchir et de me rappeller que le soleil se lève sans que je doive  le réveiller, que mes enfants font leur bonheur sans que je doive leur montrer le chemin, que mes petites filles découvrent l’univers avec leurs beaux sourires et leur belle confiance.

En fait, il faut que je me souvienne  de me mêler de mes affaires, que je me souvienne que m’occupper de moi, de ma santé tant physique que mentale c’est juste ce qu’il me faut de défi  pour le moment.  Dans ces moments, il m’est bien utile de me remettre en mémoire que de regarder d’une certaine hauteur cela aide à prendre de la distrance et que les soucis sont en rase-motte.  D’une certaine hauteur, l’essentiel c’est l’amour quelle que soit l’expérience que nous en faisons, que l’essentiel c’est la vie qui est bien plus grande que celle que nous visons en rase-motte et que tant l’amour que la vie nous proplulsent sur les hauteurs où la vue est splendide.

Mais pour voir il y a des effforts àˋfaire.  Por changer de perspective il y a  un escalier ou une coline àˋmonter.  Il faut lever les yeux ou mettre ses lunettes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.